Publié le 11 Juin 2014

Je voudrais lui dire, de cesser d'avoir peur, de ne plus trembler. Lui dire que ça va aller. Lui raconter que c'est joli, la vie. La prendre dans mes bras, lui parler doucement. Lui dire qu'elle va grandir. Que le temps va passer. Qu'on s'en remet. Qu'on oublie. Lui dire d'arrêter d'y penser chaque fois que le train passe.

Cette petite fille si triste, qui sourit, et qui rit, qui gigote. Qui essaie. Mais qui y parvient si mal.

Je voudrais, mais je ne suis pas convaincue.

Elle est toujours là, toute petite. Et je ne sais pas comment la consoler. Comment me consoler.

Voir les commentaires

Rédigé par Fromswithlove

Repost 0

Publié le 11 Juin 2014

Renouer avec les mots, avec cette impudeur, celle de dire, celle d'écrire. Renouer avec cet espace public et pourtant tellement intime, celui qui m'a été un peu volé, un peu violé. Renouer avec ma propre voix, parce que ça m'apaisait, quand même, de sortir tout ça, du fond de moi.

Me forcer à l'exercice. Revenir sur la pointe des pieds. Ne pas m'y sentir chez moi, dans cet endroit sans âme.

Mais dire quand même. Mais écrire quand même.

Commencer par des petites choses, les petites choses qui me touchent au quotidien.

Le cancer galopant d'une si proche, qu'on suit en courant, mais qui va si vite, si vite que j'ai peur qu'on ne parvienne à le rattraper.

Un divorce compliqué, tortueux. Comme tous les divorces, en fait. Me dire qu'on n'en meurt pas. Et qu'en pratique, j'ai 30 ans, et donc les 60 prochaines années de ma vie pour m'en remettre.

Tourner comme une toupie, les bras ballants, ne plus savoir, ne plus compter. Comme après Léopold.

Hier, ce motard percuté par une voiture juste en bas de chez moi, projeté 3 mètres plus loin, sans vie.

Sans vie, la vie. Renouer, d'urgence. Avec la vie.

Voir les commentaires

Rédigé par Fromswithlove

Repost 0

Publié le 3 Juin 2014

Je ne mentionnerai pas non plus toutes les raisons pour lesquelles je voulais encore rester sa femme, ni toutes les choses merveilleuses dont il était capable, ni pourquoi je l'aimais et pourquoi je l'avais épousé, ni pourquoi j'étais incapable d'imaginer la vie sans lui. Je ne dirai rien de tout ça.
Il suffira de dire que, cette nuit-là, cet homme était encore mon phare et mon albatros, à mesure égale. La seule idée plus inconcevable encore que celle de le quitter, c'était rester ; la seule chose plus impossible pour moi que rester, c'était partir. Je ne voulais rien détruire, ni personne. Je voulais juste m'éclipser discrètement, par la porte de derrière, sans causer d'histoires, sans engendrer de conséquences, et de là courir sans m'arrêter jusqu'au Groenland.

Elizabeth Gilbert

Voir les commentaires

Rédigé par Fromswithlove

Repost 0